Emmanuel Macron a débuté lundi un périple à travers l’est et le nord de la France. Première étage à Morhange, une ville sinistrée par la crise et où les Morhangeois qui ont assister à la commémoration ont été soigneusement sélectionnés.

Première étape de sa grande tournée sur les lieux historique de la Première guerre mondiale, Emmanuel Macron a rencontré une centaine d’habitants de Morhange en Moselle, une ville durement touchée par la crise et la désindustrialisation. Les heureux élus ont été triés sur le volet, au grand dam des absents du jour.
C’est le cas de Bruno, qui aurait aimé dire quelques mots au Président de la République: « Qu’il me donne un coup de main, qu’il m’aide à trouver un logement. Si j’ai un logement j’ai du travail et je suis imposable », assure-t-il.

« Les Mohrangeois attendaient de la considération »
Au chômage, il vit avec sa fille de 10 ans et reçoit 700 euros d’aides sociales par mois. Certaines mesures du gouvernement, notamment la baisse des APL ne passent pas: « Je l’ai vue la baisse des APL. Cinq euros c’est 10 steaks hachés, c’est 10 repas, ça m’enlève le pain de la bouche. C’est ça le président des riches. Lui c’est même le président des très riches », assure Bruno.

À Morhange, plus d’un quart de la population vit sous le seuil de pauvreté et un échange avec le Président aurait fait du bien au moral des habitants selon Christian Stincot, conseiller municipal d’opposition: « Je ne pense pas que les Morhangeois attendaient des réponses, mais je pense qu’ils attendaient de la considération. Ils voulaient pouvoir dire, ‘nous avons un président présent, nous avons des choses à lui dire, et on espère pour voir être entendus’ », explique-t-il.

Source : BFM

Continuer votre lecture

Suivant ➜

Être certain de voir nos publications


Facebook réduit considérablement la visibilité des pages à ses membres. Si vous souhaitez voir nos publications, rendez vous sur la page Et cliquez sur "Voir en premier"

Commentaires

commentaires