Raphaël Glucksmann en mai 2018. | THOMAS BREGARDIS / OUEST-FRANCE

Nommé « Place publique », le mouvement de Raphaël Glucksmann, Thomas Porcher et Claire Nouvian sera lancé au cours de la semaine, a annoncé l’essayiste lundi 29 octobre. Un mouvement politique qui n’a pas vocation à se présenter aux élections européennes, assurent ses fondateurs.

L’essayiste Raphaël Glucksmann a annoncé lundi 29 octobre le lancement la semaine prochaine, avec l’économiste Thomas Porcher et la militante écologiste Claire Nouvian, d’une « structure collective » politique ayant vocation à rassembler « les tendances sociales, écologistes et solidaires » citoyennes.

« L’idée n’est pas du tout de faire une liste de plus pour les élections européennes, c’est de dire qu’il y a une urgence politique, écologique, démocratique », a souligné Raphaël Glucksmann auprès de l’AFP. « Place publique »sera créée « dans le courant de la semaine prochaine », a-t-il précisé.

« On a envie de créer une structure collective, où toutes les tendances sociales, écologistes et solidaires pourront se retrouver, et faire connaître des mobilisations citoyennes qui existent déjà », a expliqué l’essayiste, fils du philosophe André Glucksmann.

« Les idées avant les structures »

Le mouvement s’adresse à toutes les forces de gauche mais toute discussion aura lieu « sur la place publique » et non pas « d’appareils à appareils », a dit Raphaël Glucksmann. « Tout un monde associatif ne se retrouve pas dans les structures politiques existantes ».

« On aura pour ambition de poser la question des idées avant de poser celles des structures, c’est ce qui manque en politique », a-t-il ajouté, évoquant par exemple la question de l’Europe qui a manqué à ses « promesses ». L’essayiste a récemment publié « Les Enfants du vide, de l’impasse individualiste au réveil citoyen »(éditions Allary).

L’économiste hétérodoxe Thomas Porcher, qui a publié en mars un « Traité d’économie hérétique » et participe régulièrement à des débats sur les chaînes d’information, et Claire Nouvian, réalisatrice de documentaires et présidente de l’ONG « Bloom » militant pour la préservation des fonds marins, seront également co-fondateurs du mouvement.

Source: Ouest France

Continuer votre lecture

Suivant ➜

Être certain de voir nos publications


Facebook réduit considérablement la visibilité des pages à ses membres. Si vous souhaitez voir nos publications, rendez vous sur la page Et cliquez sur "Voir en premier"

Commentaires

commentaires